Semaine #12 : la fille qui essaye de prendre un peu de temps pour elle

  • Essayer mais… ne pas forcément réussir à dégager du temps pour moi.
  • Avoir acheté un DVD de Pilates (histoire de m’y mettre à la maison, le cours à l’extérieur ce n’est pour l’instant même pas envisageable) et le regarder chaque matin trôner dans son emballage depuis… 15 jours !
  • Avoir envie de plus de simplicité, probablement histoire de dégager du temps libre mais finalement ne pas réussir à s’arrêter, le moindre vide se comblant très rapidement.
  • Et au final, la simplicité coûte parfois chère car il faut s’équiper pour faire simple… Mon projet de mois sans dépenses superflues est remplacé par le « mois sans dépenses indispensables ». Wait and see…
  • Commencer à donner des petites purées et compotes à mon bébé « bonbon » (un bébé si mignon et si facile, c’est une véritable douceur) qui a tout de suite pigé le fonctionnement de la cuillère.
  • Etre un peu impuissante devant les premières dents qui la travaillent. La câliner, lui masser les gencives, donner du Doliprane lorsqu’elle semble trop souffrir et des jouets à mâchouiller en espérant que ça va vite percer.
  • Etre fière de mes 3 amours, qui grandissent bien et progresse dans beaucoup de domaine en ce moment.
Publicités

Semaine #11 : la fille qui ne voyait pas le temps passé

  • Voir les semaines défiler, les journées bien remplies passer à toute allure.
  • Avoir à gérer toutes les petites choses du quotidien et mes 3 petits m’occupe énormément (alerte euphémisme). Souffler un peu lorsque je vais faire les courses seule ou sortir le chien (oui je vends du rêve !).
  • Préparer doucement l’anniversaire de mon fils.
  • Voir ses yeux pétiller le jour J, fier d’être le petit roi de la journée 😉

Semaine #10 : la fille et son « noyau »

  • Se rendre compte que la famille « élargie » ce n’est pas vraiment mon truc. Ou plutôt que par la force des choses, on ne peut pas compter sur elle donc j’ai pris l’habitude de faire sans. L’adage « être seul plutôt que mal accompagné » est mien, depuis très longtemps.
  • Se recentrer sur mon « noyau » : mon mari et nos 3 amours.
  • Regretter parfois que les enfants ne puissent pas avoir de super grands-parents ou oncles ou tantes comme certains. Et puis se remémorer les moments passés et se dire que finalement, mieux vaut qu’ils ne les côtoient pas trop car il n’y a pas grand chose de bon à en retirer.
  • Se demander si en vieillissant on devient forcément nombriliste. Etre amère qu’une arrière grand-mère préfère aller voir un spectacle avec son association du 3e âge plutôt que de venir fêter les 3 ans de son arrière petit-fils.
  • Se promettre d’être une super grand-mère pour les enfants de mes enfants. Et surtout d’être toujours là pour mes enfants.