Celle qui faisait la liste des différences entre sa 3e grossesse et les 2 premières

 

Un dessin inspiré du site http://amaeline.com/mesavisdemaman/
Un dessin inspiré de ce site

La fatigue évidemment. Quant il faut continuer à gérer 2 enfants (d’autant plus quand ils sont encore relativement jeunes), c’est parfois (très) dur. On peut moins porter, se lever en moyenne 1 fois toutes les 4 minutes devient moins évident, bref, on en a vite plein le dos dans tous les sens du terme !

Les remarques des gens ! Ah les gens… Pour le premier enfant, on te félicite chaleureusement, pour le second, on te souhaite un petit gars si tu as déjà une fille, et une fille si tu as eu un garçon. Bref, un papa, une maman et 2 enfants, tu rentres bien dans le cadre et on te félicite aussi. Mais 3… Si en plus tu as déjà eu une fille et un garçon (le fameux « choix du roi »), tu en laisses pas mal perplexe… Grosso modo, hormis les parents qui eux-mêmes en ont eu 3 (ou plus), on ne te félicite plus mais on te souhaite bon courage ! Ambiance donc… Et tu te sens obligée de dire que c’est le dernier plus souvent que de raison.

Le suivi de grossesse, et le déroulement de la grossesse en général, n’est plus un mystère. Certains désagréments s’amplifient (mais est-ce l’âge qui avance ou véritablement la 3e grossesse ?!) mais globalement, on vit tout cela plutôt sereinement. Personnellement, je sais que je n’arriverais pas à terme encore une fois mais je sais aussi qu’un bébé, passé 35 SA ou le cap des 2 kilos, ne craint pas grand chose. Ca en surprend quelques uns, qui ne me connaissent pas bien, de me voir raisonner en grossesse de 8 mois plutôt que de 9 : même la sage femme en oublie parfois que me proposer des cours de préparation de grossesse est inutile car je n’aurais pas le temps (ou la possibilité) de les suivre ! Autre aspect positif : l’équipe médicale essaie moins de vous influencer. Cette grossesse ci, je n’ai pas besoin de répéter que je ne veux pas allaiter et on accepte très bien que je ne veuille pas, si c’est possible, rester longtemps à l’hôpital après l’accouchement. Mine de rien, c’est pas mal de pression en moins !

L’attitude des proches. Sincèrement, on a plus vraiment le droit au « maternage » de ses proches. A croire qu’ils considèrent qu’avec une 3e grossesse, par ailleurs choisie, on savait forcément à quoi on s’exposait et donc on doit assumer et ne pas se plaindre. Oui c’est vrai qu’il y a peu de surprises, et que la grossesse n’est pas une maladie, mais un peu d’empathie ça reste quand même sympa. Plusieurs mois avec des organes malmenés, des hormones qui rendent un peu plus (voire très) sensible et la fatigue de créer un petit être humain mine de rien, ça reste universel à chaque grossesse, quelque soit le nombre.

La prise de poids que l’on voudrait un peu moindre que les précédentes mais comme on a pas (ou peu) le loisir de rester confortablement assise (ou allongée), forcément on stocke moins ! Le souvenir, plus ou moins agréable, des derniers kilos de grossesse qu’on a pris et eu du mal à perdre est une bonne motivation pour ne pas trop charger la mule ce coup-ci.

Et vous, avez-vous vu de grosses différences entre vos deux premières grossesses et les suivantes ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s